Cette catégorie récompense des articles adressés au grand public ou au milieu militant.

Le Prix de l’Animalisme Français récompense des travaux de l’année écoulée en fonction de leur utilité pour les animaux estimée sur le long terme.

N’hésitez pas à justifier vos choix en commentaire de cette page, mais nous vous demandons de ne pas appeler à un vote en particulier sur les réseaux sociaux (nous souhaitons éviter le concours de popularité).

Vous pouvez voter pour 1 à 3 articles nominés par le jury.
En votant, vous acceptez que vos données soit collectées et traitées de manière anonyme (voir note sur la protection des données).

Ce vote est cloturé

Choisissez 1 à 3 nominé(s) pour voter
238 votes
• Garder la viande pour mieux se débarrasser du meurtre ?

Dans cet article, Axelle Playoust-Braure présente pourquoi l’agriculture cellulaire est une stratégie prometteuse, car pragmatique et informée par les sciences comportementales. Elle mentionne également quelques défis à surmonter pour l’adoption de cette biotechnologie et pourquoi ces défis sont loin d’être seulement techniques.
Lire l’article : cahiers-antispecistes.org

• Le fait carnivore, l’autre névrose de l’humanité

Pour la philosophe Florence Burgat, l’angoisse de voir les animaux accéder à un nouveau statut nourrit la relation obsessionnelle qu’entretiennent les humains avec la viande.
Lire l’article : liberation.fr

• L’appel des 500 pour un « lundi vert » : « Nous nous engageons à remplacer la viande et le poisson chaque lundi »

Réunit 500 personnes autour de la dénonciation des impacts (surtout écologiques) de la viande et encourage à diminuer sa consommation.
Lire l’article : lemonde.fr

• Le carnivorisme éthique, pratique réelle ou discours alibi ?

Pierre Sigler cherche à définir ce qu’est le carnivorisme éthique et comment il se traduit en pratique. Il conclut que celui-ci n’existe guère dans la pratique, mais existe comme discours déculpabilisant. Le carnivorisme éthique et ses succédanés (flexitarisme) sont le signe que la moralité du carnivorisme ne va plus de soi.
Lire l’article : cahiers-antispecistes.org

• Tribune « En finir avec l’élevage intensif, cet ennemi de l’intérêt général »

Cette tribune publiée dans Le Monde à l’initiative de L214 accompagne la sortie du livre-manifeste Quand la faim ne justifie plus les moyens. Près de 200 signataires y appellent à dépasser les « oppositions stériles » entre végan·e·s et partisan·ne·s d’une consommation modérée de viande. L214 considère qu’un consensus se dessine pour demander à sortir d’un « modèle agricole moribond et mortifère ».
Lire l’article : lemonde.fr

 

Ont été cités pour leurs impacts remarquables, mais non retenus par le jury :

• Libération – « Antispécisme : la petite bête qui monte »

Libération se distingue des autres grands journaux pour traiter de la question animale sérieusement et sans parti pris, de la même manière qu’on pourrait l’attendre de journalistes pour tout autre sujet. Au sein d’un dossier sur l’antispécisme daté du 22 août, cet article de Sarah Finger fait le point sur la situation actuelle.
Lire l’article : liberation.fr

• Le mouvement animaliste devrait-il arrêter de parler des vaches ?

La vache est l’animal le plus présent dans l’imaginaire collectif autour de l’élevage. Elle occupe également une place importante au sein des mouvements animalistes. Tom Bry-Chevalier propose plusieurs arguments en faveur d’une diminution voir d’une suppression de tout argumentaire animaliste en faveur des bovins.
Lire l’article : paguremecha.com

• Qu’est-ce que le spécisme ? Une lecture essentialiste

Cet article de Cédric Stolz argumente le fondement essentialiste du spécisme, et expose pourquoi il faut déconstruire l’essentialisme pour en finir avec les discriminations arbitraires et les traitements injustes qui en découlent.
Lire l’article : lamorce.co

• Lire Paul Ariès sans culpabiliser

Contre-argumentation du livre de Paul Ariès par François Jaquet, « Lettre ouverte aux mangeurs de viande qui souhaitent le rester sans culpabiliser ». Thèmes : comparaison à Hitler, prise en compte des écosystèmes, critères éthiques anthropocentriques, détection de la sentience, tuer sans souffrance, humanisme, convergence des luttes, invariants anthropologiques, animaux tués dans l’agriculture, victimes végétales…
Lire l’article : lamorce.co

• Pourquoi la droite tient-elle tant à son verre de lait ?

Comment les réactions au nouveau Guide alimentaire canadien de 2019, retirant les produits laitiers de leur piédestal, témoignent des liens entre les représentations symboliques du lait et le suprématisme blanc. Par Elise Desaulniers.
Lire l’article : lamorce.co

• Tribune « Journée mondiale pour la fin du spécisme : en finir avec les préjugés »

Dans cette tribune, Peta définit et explique le spécisme d’un point de vue sociétal et défend des choix de consommation qui ne soutiennent pas la maltraitance et le massacre d’être vivants et sensibles. 
Lire l’article : liberation.fr

 

Jury de cette catégorie : Elise Desaulniers, A. Stathoulias, Rosa B., Virginie Chauchoy, Thomas Lepeltier.

12 thoughts to “Article Animaliste

  • Stolz Cédric

    Je participe 🙂

    Répondre
    • admin2342

      Pour cette édition, nous sélectionnons uniquement des œuvres de 2019. Nous venons de rajouter Aurélien Barrau à la liste des potentiels candidats pour le prix du meilleur porte-parole. Merci 🙂

      Répondre
  • Martin Gibert

    Je voudrais soumettre trois autres articles publiés dans l’Amorce:
    François Jaquet: Lire Paul Ariès sans culpabiliser, https://lamorce.co/lire-paul-aries-sans-culpabiliser/
    Frederic Mesguish: Véganes et éleveurs paysans, deux camps irréconciliables? https://lamorce.co/veganes-et-eleveurs-paysans-deux-camps-irreconciliables/
    Élise Desaulniers: Pourquoi la droite tient-elle tant à son verre de lait? https://lamorce.co/pourquoi-la-droite-tient-elle-tant-a-son-verre-de-lait/

    Répondre
    • prixdelanimalismefrancais

      Merci Martin pour ces suggestions. Elles ont été ajoutées, à part pour Frederic Mesguich étant donné qu’il fait partie de l’organisation… afin d’éviter de possibles conflits d’intérêt.

      Répondre
  • Estiva Reus

    Les BD de Rosa B. sont des articles. Et qui percutent plus que les articles-texte. Tous ceux-là sont bien. Le premier qui est un bijou réutilisable à chaque nouvelle révélation des horreurs de l’élevage:
    https://www.insolente-veggie.com/bingo-post-enquete-dans-un-elevage/
    https://www.insolente-veggie.com/le-probleme-dans-le-debat-public-sur-la-question-animale/
    https://www.insolente-veggie.com/elevage-industriel-ou-elevage-paysan/
    https://www.insolente-veggie.com/une-vegan-au-salon-de-lagriculture-saison-2019/
    https://www.insolente-veggie.com/defendre-lelevage-paysan-mais-contre-quoi/

    Répondre
    • pezeuy

      Merci

      Répondre
    • pezeuy

      Je ne sais simplement pas dans quelle catégorie la placer

      Répondre
      • Estiva Reus

        Les planches de Rosa B., c’est des articles. On peut les traduire en phrases (y’a des infos, y’a des idées, y’a des arguments) sauf que si on fait ça, ça devient très long et beaucoup plus chiant.
        Cette planche est une merveille indépassable: https://www.insolente-veggie.com/bingo-post-enquete-dans-un-elevage/ Ca marche à tous les coups. Tiens, je vous copie l’article de la France agricole suite à la dernière enquête: http://www.lafranceagricole.fr/actualites/elevage/video-l214-nous-a-piege-1,11,701105215.html
        « L214 nous a piégé »
        L’association anti-élevage L214 n’a pas attendu Noël pour s’attaquer au foie gras. Elle diffuse ce 11 décembre 2019, une vidéo dont les images ont été volées au Domaine de la Peyrouse en Dordogne. L’établissement est sous le choc.

        C’est soi-disant un « lanceur d’alerte » qui a fourni les images de cette vidéo à L214. L’association anti-élevage épingle ainsi à son tableau de chasse le Domaine de la Peyrouse qui est rattaché au lycée agricole de Coulounieix-Chamiers, près de Périgueux (Dordogne). L’exploitation héberge le couvoir, l’élevage avec les salles de gavage et un abattoir.

        « Nous avons été piégés, assure Laurent Herbreteau, le chef d’établissement. La démarche de L214 n’est pas innocente. Elle avait besoin d’images pour s’en prendre à la filière du foie gras. Et nous sommes un des seuls établissements de formation sur la filière palmipèdes. » La vidéo est en cours d’analyse, avec l’appui des services du ministère de l’Agriculture. Le lycée se réserve l’éventualité de déposer plainte.

        Le téléphone n’arrête pas de sonner
        Depuis 36 heures, avant même la diffusion des images de L214, le téléphone de Laurent Herbreteau n’arrête pas de sonner. Malgré la fatigue, le proviseur fait face. « À travers nous, c’est l’ensemble de la filière foie gras qu’on a voulu viser. Nous sommes un centre de formation, un lieu ouvert par définition. Nous avons toujours été transparents sur ce que l’on fait. »

        Dès mardi soir, à la veille de la diffusion de la vidéo à grande échelle, les élèves, apprentis, adultes en formation, parents et ensemble du personnel ont été informés de la situation. « Depuis, nous recevons de nombreux soutiens, de parents, de professionnels, décrit-il. Beaucoup de nos jeunes sont dans l’incompréhension que l’on ait attaqué leur établissement. »

        En conformité avec la réglementation
        « Nous travaillons conformément à la réglementation et avec des matériels de dernière génération, poursuit Laurent Herbreteau. Tous les ans, nous sommes contrôlés par les services vétérinaires et nous recevons toujours un avis très satisfaisant. L’été dernier, nous avons investi 80 000 € sur la chaîne d’abattage, avec le recours aux dernières technologies pour atténuer la souffrance animale. »

        La diffusion de la vidéo par L214 suscite de nombreuses questions : certaines images ont été prises dans le couvoir, un lieu fermé et sécurisé par des codes d’accès. Si le proviseur fait une entière confiance à ses salariés, il émet l’hypothèse que l’auteur des images soit quelqu’un qui a suivi une formation.

        Une médaille d’or au concours général agricole
        L’élevage produit un foie gras « origine certifiée Périgord » qui a été récompensé par une médaille d’or au Concours général agricole en 2019. L214 ne manque pas l’opportunité qui s’offre à elle d’apostropher le ministère de l’Agriculture pour lui demander de retirer sa médaille d’or au Domaine de la Peyrousse et d’interdire à l’exploitation de servir de centre de formation.

        Comme à son habitude, L214 appuie sur les séquences les plus délicates, notamment le gavage et l’abattage des canards. Pour les personnes qui ne connaissent pas la réalité d’un élevage, elles peuvent apparaître choquantes. L’association pointe en particulier, à raison, les conditions d’euthanasie des canetons femelles après l’éclosion, et qui ne peuvent pas être gavées.

        « L214 a signalé la situation aux services vétérinaires de la Dordogne, qui ont mené une inspection et ont pu constater par eux-mêmes que les canetons n’étaient pas tués avant d’être jetés à la poubelle, argumente-t-elle. À ce jour, les services vétérinaires n’ont pas indiqué si une procédure pénale avait été engagée, ni si la situation avait évolué. »

        Un « contrôle inopiné » des services vétérinaires
        C’est faux puisque la préfecture a annoncé hier que ces services étaient intervenus après avoir reçu « un signalement selon lequel les canettes ne seraient pas euthanasiées conformément à la réglementation ». « Immédiatement pris en compte », ce signalement a donné lieu à un « contrôle inopiné au titre du bien être animal le 19 novembre 2019 ».

        Bilan, le contrôle « a effectivement mis en évidence le recours à une méthode d’euthanasie par asphyxie non réglementaire, détaille la préfecture dans son communiqué de presse. Le lycée a été mis en demeure de se mettre immédiatement en conformité […] avec le règlement [européen] sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort. »

        La préfecture précise que l’établissement a été verbalisé comme il se doit pour ce manquement. Et que « dès l’éclosion suivante, le 26 novembre 2019, [ses services ont] constaté que le lycée avait pris les dispositions nécessaires pour assurer, à l’issue du sexage des canetons, le dispositif de mort instantanée des canettes conformément » à la réglementation.

        « Le sujet de l’euthanasie des femelles reste difficile »
        « Pour les femelles, nous avons essayé de trouver des débouchés. 15 % de nos cannettes sont actuellement commercialisées pour la volaille de chair », indique Laurent Herbreteau, qui fonde beaucoup d’espoir sur la technique de sexage des embryons avant éclosion. Elle permettrait de faire éclore les animaux dont nous avons besoin et cela éviterait de recourir à l’euthanasie.

        Est-ce un hasard si L214 diffuse ces images sur la filière du foie gras à quelques semaines de Noël ? Probablement pas. Son objectif est sans doute une fois de plus de dégoûter les consommateurs des produits de l’élevage. Car ne nous y trompons pas, ce n’est pas le bien-être des animaux pour lequel L214 se bat, mais contre l’élevage en général.

        Répondre
  • Marie - Equipe PAF

    Bonsoir,

    Nous avons finalement décidé d’enlever les planches d’Insolente Veggie de cette catégorie car cela rentrerait plutôt dans la catégorie BD et serait donc jugé par le Prix Maya; nous essayons de ne pas superposer les deux prix.

    Si au futur nous créons de nouvelles catégories, nous penserons à une catégorie plus artistique dans lesquelles des planches de BD pourraient rentrer.

    Autrement, Rosa B. est déjà cité dans la catégorie “Réalisation antérieure”!

    Répondre
  • PIERRE-MARCEL REIGNIER

    La tribune de L214 est un remarquable exemple d’ouverture pragmatique dans l’optique d’un altruisme efficace.

    Répondre

Laisser un commentaire sur admin2342 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *